• Noémie Bourdin-Habert

Diving into the light. (en/fr)


Once in a while, I write about freediving.

As much as it still scares the hell out of me, it appeals me. It calls me. It hypnotizes me. It is unnatural to hold a breath. At least it is to me. But there’s something about diving into the light that I can’t explain. While most people will think it is like diving into the darkness, it is mostly the opposite. At least on a sunny day. It is like rocketing up into the universe of stars. When the sun is up and the rays of light dance in front of me, I sometimes see my own shadow into them. I breath to meditate for a while, and I immerse myself into it. I am part of it. The more I go down, the more I cannot reach it. The center of the light is always further, so further I kick. Until the point I have to draw back because I’m still in need of bloody breathing up again! But I’m enjoying each and every bit of it. From the last full breath, to the first again. Today, I want to share a bit more than words. I want to share the light. And also, I want to share the surprise I had on my way up, so watch until the end !

Note: This video was taken in one of the Cenotes of Quintana Roo, going down 28 meters.

[FRENCH]

Quand le coeur m'en dit, j'écris quelques mots sur l'apnée.

Autant qu'elle m'effraie, elle me parle. Elle m'appelle. Elle m'hypnotise.

Ce n'est pas naturel de retenir sa respiration. En tout cas, pas pour moi.

Mais il y a quelque chose dans la pratique de l'apnée que je n'arrive pas à expliquer. Alors que la plupart auront l'impression qu'il s'agit de s'immerger vers l'obscur, le sombre, en réalité il s'agit souvent de l'inverse. Les jours ensoleillés tout du moins.

C'est plutôt comme s'envoyer en l'air vers les étoiles. Quand le soleil est au zénith, que ses rayons dansent sous mon corps immergé, parfois, je vois ma propre ombre. Je respire alors pour méditer, me préparer, et puis je plonge. Je fais partie d'un tout. Plus je descends vers la lumière, plus elle s'éloigne. Alors je continue de descendre vers elle.

Jusqu'au moment, qui vient toujours trop tôt, où je remonte, parce-que, bordel, j'ai vraiment besoin de respirer! Mais je me délecte de ces instants, de la dernière inspiration pleine, jusqu'à la première à nouveau.

Pour une fois, je ne veux pas partager que des mots. Je veux partager la lumière. Celle qui m'accompagne quand je plonge. Et aussi, je veux partager une surprise qui m'attendait lors de ma dernière plongée... mais pour ça il faut regarder la vidéo jusqu'au bout!

Note : Cette vidéo a été prise dans l'une des Cenotes du Quintana Roo, Mexique, de 0 à 28 mètres.


Recent Posts

See All